Histoires de Sommelière

Le Legs

Mariel Sogliano

Sommelière


Je me souviens des demi-jours, quand l'été commençait à visiter le printemps.

Ma grand-mère Rosa m'avait demandé, comme chaque midi, de lui servir son verre de vin.

Elle ne pouvait plus le faire.

Ma grand-mère buvait une gorgée de vin, poussait un soupir, savourait les lèvres mouillées de vin rouge et me disait : Pouvez-vous me servir un peu plus?.

Je riais, car il n'avait pas fini son verre de vin, mais il venait de commencer. Mais il en est ainsi, nous ne voulons pas que les moments de plaisir se terminent, et nous essayons de prolonger autant que possible, d'ici la fin; on garde ce doux souvenir pour pouvoir le raconter.

Après qui versait à nouveau la gorgée de vin qu'il avait bu, trempait la miette de pain dans le verre et ce geste, était la clé pour que grand-mère devienne une conteuse d'histoires.

Son regard changeait, son rire se déroulait et l'esprit sortait sans demander la permission de jouir de la liberté.

Les histoires que la grand-mère gardait, elles cherchaient le verre de vin comme canal pour que les ancêtres soient entendus et transformés en mortels.

Dans cette cérémonie, le rire, la joie, aussi la tristesse et la douleur, se réunissaient pour s'accompagner et caresser les souvenirs du passé, l'esprit savait que derrière les histoires racontées, aujourd'hui nous pouvons écrire, notre présent.